À venir

http://www.theses.fr/s167805

Le geste digital manifeste une mutation de notre mode de communication et d’interaction, et sous-entend une relation généralisée entre l’homme et la machine. En tant que processus, il traduit l’émergence et la prolifération des appareils technologiques. Le geste digital traduit notamment des enjeux à la fois théoriques, pédagogiques, sociaux, politiques,  économiques. Théoriques, tout d’abord, car les recherches actuelles portent la réflexion sur les transformations engendrées par le numérique visant à créer une humanité augmentée ou une humanité virtuelle. Cette humanité augmentée se caractérise par la plus-value apportée par le numérique. L’humanité virtuelle est entendue au sens de la création mimétique d’un monde qui emprunte au réel ses codes, ses représentations,… tout en le doublant ; voire en le sauvegardant. Cette dimension mémorielle, de conserver et de garder des traces, entérine la dimension de l’humain dans son désir d’éternité. Mais celle-ci est paradoxale notamment par l’utilisation d’outils virtuels. Ensuite, d’un point de vue pédagogique, la place du numérique est prépondérante car les élèves apprennent et vivent avec celui-ci. L’Ecole, dans sa dimension d’égalité de tous dans l’acquisition des apprentissages, vise à fournir et permettre d’apprendre à tous par et avec le numérique. Cette dimension est également inscrite dans une responsabilité et dans un parcours citoyen permettant à tout élève d’être en capacité de discernement et de critique quant au monde dans lequel il se construit. Les dimensions sociétale et politique visent à permettre à tous d’accéder à une culture commune et partagée. La mise à disposition et la prolifération des ressources culturelles, accessibles en ligne et gratuites, favorisent une démocratisation de la culture. Enfin, d’un point de vue économique, le numérique s’inscrit dans une dimension d’information et de communication. L’industrie et les sciences du numérique font naître une technologie des gestes, un langage permettant de créer des échanges réactifs et intuitifs. La technologie des gestes est entendue au sens de l’émergence d’un vocabulaire, d’une grammaire spécifique où les gestes préexistants se trouvent ainsi prolongés par les appareils. L’appareil tend à se mouler, à se modeler au corps. Il y a donc une certaine plasticité de la machine qui se forme, d’hybride au corps pour l’augmenter, l’interfacer. En quoi le geste peut-il être le vecteur, le moyen d’un apprentissage des connaissances dans le contexte d’un environnement numérique?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.