Rencontre avec Julien Prévieux : What Shall We Do Next ?

Mis en avant

Julien PREVIEUX What Shall We Do Next? (Séquence #1)

Installation vidéo, 3′ 54 », projet en cours depuis 2006

Rétroprojecteur, écran LCD transparent, disque dur

Réalisation : Julien Prévieux

3D : Laurent Pratlong, Carl Phelipot

Courtesy Jousse entreprise

« En 2007, j’ai commencé cette archive de brevets dans lesquels des gestes sont décrits en lien avec des fonctions. C’est une idée de s’approprier une gestuelle pour les entreprises qui déposent ces brevets ou pour les inventeurs d’une manière plus générale même si finalement c’est souvent des entreprises qui utilisent ce type de brevets, le plus souvent.

J’ai commencé cette collection, finalement c’est plus une collection que véritablement une archive. C’est une collection de brevets pour lesquels ces gestes sont déposés.

Ça a commencé de deux manières, disons, deux sortes d’impulsions; c’est de me dire, là il y a une étrangeté, une bizarrerie quand même à la fois assez sinistre et fascinante que de se dire finalement que des gestes aussi simples que un pouce qui s’écarte d’un index ou un index qui glisse que un écran; et bien, ces gesteslà peuvent être la propriété d’une entreprise.

Ça c’est le constat le plus déprimant et angoissant et en même temps, assez vite, je me suis dit, ce qui est intéressant par rapport à cette éventuelle collection, c’est d’avoir aussi des gestes qui pourraient être des gestes. On ne sait pas si ils vont être réalisés demain mais ils sont là potentiellement déjà écrits. Donc c’était l’idée d’avoir comme ça un réservoir, oui quelque chose en puissance de comportements qui auraient pu ou qui pourraient peut être advenir. Voilà l’idée, c’était on part de ces brevets qui sont écrits et la collection au départ, devait être, j’ai hésité, des dessins ou est-ce que ça devait être des reprises, des appropriations ou des schémas qu’on peut trouver dans ces brevets. Alors ces schémas sont des mains qui sont décrites, classées avec des flèches qui partent des doigts ou des mouvements. Quand c’est les mains, effectivement, il y a quelque planches, des classements des gestuelles.

Et puis, petit à petit, je me suis dit, peut-être que ce serait intéressant d’avoir ça de manière animée pour avoir d’une part, pouvoir uniformiser ces brevets dont les dessins peuvent être très différents. Et en faire, du coup, un film d’animation qui évoque un langage. En tout cas, qui évoque ou commence doucement à incarner cette chose-là parce que les brevets sont quand même très abstraits, même quand ce sont des mains, il y a énormément de textes qui vient décrire le type de déplacements. Il y a des textes qui sont à la fois très précis et en même temps dans leur précision et la répétition des mêmes termes qui créent un langage qui est presque une sorte de poésie. Et donc, je me suis concentré pendant un temps sur ce film d’animation avec comme point de départ, cette archive, cette collection de brevets et puis l’idée d’avoir toujours un temps d’avance sur la sortie des brevets.

C’est-à-dire finalement, essayer de faire une veille permanente pour que le film d’animation ait toujours un temps d’avance sur la sortie des appareils sur le marché. Alors ça je l’ai fait au début, régulièrement, et puis petit à petit, je n’ai pas été aussi assidu que j’aurais dû l’être. Pour cette archive, le film d’animation a évolué trois fois. Et puis, après je mettais de côté toujours les brevets de manière régulière même si le film n’a pas forcément évolué entre la première version de 2007 et la dernière de 2010-2011. Donc en tous cas, c’était la première étape, c’est-à-dire constituer la collection et la mettre en forme. Et aussi, peut-être ce qui est particulier pour la diffusion de ce film d’animation, c’est ce dispositif qui était constitué à la fois d’un rétroprojecteur puis d’un écran transparent connecté à un disque dur megaplayer qui permettait d’avoir sur le rétroprojecteur qui est cette forme par excellence, d’avoir par-dessus avec l’écran transparent le film d’animation qui était diffusé à la fois invisible du dessus et puis en même temps projeté au mur.

Donc du dessus on aurait plus une vision de mains qui se déplacent sur une tablette par exemple, et puis projeté au mur, on a finalement une forme qui n’est pas très éloigné du Hand Movie de Yvonne Rainer même si c’est deux mains et pas une seule mais quand même. Alors ça je l’ai découvert après, je ne connaissais pas le film à ce moment-là. Et donc, c’est aussi cette découverte.

La première version, c’était ça. Alors aussi, l’intérêt de cet objet de diffusion, ce système rétroprojecteur plus écran, son intérêt c’est que finalement cet objet qui est un peu anachronique parce que à la fois les rétroprojecteurs disparaissent et remplacés par les vidéoprojecteurs et cet écran était vraiment un appareil de diffusion, d’images animées mais un appareil de transition justement entre le rétroprojecteur et le vidéoprojecteur et l’intérêt effectivement de jouer.

A la fois c’est une sorte d’écrin pour ce film d’animation car il est très étrange et il y a déjà une manière, formellement, de créer une ambiguïté sur ce que c’est que cet objet, cet assemblage entre le film d’animation et cette forme de diffusion qui crée un ensemble qui fait que j’ai l’impression que le spectateur est amené à se poser la question sur ce qui est en train de se passer beaucoup plus clairement qu’une simple diffusion sur un écran plat. Le dispositif de diffusion commence déjà à créer, on n’est pas tout à fait dans une installation mais malgré tout, il y a une sorte de déploiement spatial qui fait que la tension liée à l’objet diffusé est particulière. Et aussi, il y a cette dimension anachronique que on est à la fois d’un point de vue du contenu de ces gestes-là. Quand le film était mis à jour régulièrement, à la fois, c’est quelque chose de très en avance et puis en même temps cet objet qui est un petit peu en retard et crée une sorte de combinaison paradoxale.

Et qui l’est peut être un petit peu moins maintenant que le film n’est plus mis à jour, en tout cas le film d’animation-là. On a doucement un glissement vers une dimension un peu obsolète ce ces gestuelles aussi. Ce qui est d’ailleurs assez intéressant, car ce qui était censé être en avance d’une certaine manière, est comme pris dans le flux technologique et de l’obsolescence. Donc il y aurait presque une dimension ethnologique quasiment dans cette pièce maintenant. En tout cas, cette version-là.

Alors cette matière-là, c’est ce qui va ensuite donner la performance.

The Next Rembrandt

Voir en vrai une oeuvre matérielle née de la création algorithmique générée par l’oeuvre et le geste de l’artiste mais non faite par la main. Le geste vient ici survivre au-delà du corps, est enregistré et se donne à voir comme une potentialité et une preuve de l’acte artistique dans une matérialité qui est à venir. La recréation d’une pensée créatrice par l’encodage permet de rendre visible ce qui aurait pu exister. The Next Rembrandt a été réalisée en impression 3D et le réalisme ainsi que la réalité de la matière viennent réinterroger la question même de l’auteur.

Entretien avec Klaus Fruchtnis

Klaus Fruchtnis

  • Distinction entre digital et numérique?

Une différence sur l’étymologie : à peu près la même chose. Pas trop de différences entre les deux. Numérique est plus utilisé dans le domaine artistique.

  • Démarche 

Œuvre collaborative/participative

Origine et incidence de l’œuvre participative : numérique permet plus facilement : élément facilitateur : enlevé le savoir-faire et moyen d’accessibilité : vecteur

Créer une œuvre d’art : programmation

Cocréer : numérique : accessible

Évolution de l’accessibilité : aide = rôle de l’artiste

Interaction

  • Q’apporte le numérique ? 

Gestes sont enregistrés :

Perte du travail avec nos mains : mise à distance 

Numérique avec un papier et un crayon: code binaire

Composition digitale d’un écran ?

Connaissances préalables : réactivation

Enlever les préjugés inscrits par exemple dans le dessin : découle d’une formation

Atelier: potentialité d’un interface permettant de rendre au dessin une force visuelle

Numérique vient sublimer et révéler : valoriser la production

Partage

Immédiateté

Pratique poststudio : années 70/80.

Esthétique relationnelle

Artiste: chef de projet à la place du savoir-faire technique , travail en communauté

Esthétique opérationnelle : Samuel Bianchini

  • Du point de vue des gestes?

Travail sur l’image: références visuelles : notions de déconstructions et constructions// pixel: visible/non visible

Public: va chercher quelque chose: le public en tant que chercheur

Comparaison des œuvres à des cartes : avant/pendant et après

Photographies panoramiques : nouveaux éléments qui apparaissent et se révèlent

Expérience physique par le public : laisse un morceau de corps dans l’oeuvre 

Déclaration des droits de l’homme : public crée en laissant des enregistrements et repartent avec QRCode : œuvre consommée sur place

Geste du Temps qui continue avec le numérique

Œuvre : image éternelle ( geste qui ne s’arrête pas: banque de données ) avec un QRCode gravé sur du bois : génère par la main de l’homme  ( commun) mais expérience individuelle, unique et éphémère

QrCode : dimension auratique : dimension unique est réinstaurée

Dimension physique : 

peinture pixel maladresse de la main améliorée par le numérique : geste physique, implication du corps de l’artiste

Épuisement du geste// Fréchuret

  • Dimension humaine: création d’une communauté ?

Révéler l’humain

Statut de l’auteur : public associé

Processus créatif: formation?

Initiateur : concepteur

Rôle de l’artiste : art citoyen : mission de transmission, d’échanges et partage du geste artistique : création implication pour permettre de comprendre ou de saisir le sens

Responsabilité envers le public

Identité numérique

Appropriation / souvenir / remémoration

Numérique: par essence : se partage